Usuario - - Acceso de usuarios
Lunes - 19.Febrero.2018


be natural - NIF B70101464
política de privacidad del portal
Estás en: Noticias

Les ardoises de façade ont de l'avenir

Avec une part de marché de 35%, Cupa Pizarras est un solide leader mondial de l’ardoise naturelle. Le marché français reste de loin le premier débouché pour le groupe espagnol qui y vend 50% de ses 150 000 tonnes de production annuelle, mais la consommation a drastiquement chuté ces dernières années. « Il se vendait encore 300 000 tonnes d’ardoises en 2007, juste avant le déclenchement de la crise, rappelle Bertrand Lanoë, directeur commercial Cupa Pizarras France. Le marché se situe aujourd’hui à 190 000 tonnes annuelles. » Une chute des volumes qui s’explique par la baisse du logement neuf mais aussi par les évolutions structurelles du marché. « Les tendances architecturales font que l’on perd de la pente de toit, au profit surtout des toitures terrasses », constate Erwan Galard, responsable marketing et communication Cupa Pizarras France.

Des systèmes de pose verticale plus économiques

Pour le groupe espagnol, la recherche de relais d’activité s’est donc imposée. La première piste mène à la façade: moins utilisée en toiture, l’ardoise est de plus en plus tendance pour habiller les bâtiments, voire revêtir une isolation thermique par l’extérieur. « Notre R&D s’est orientée vers des systèmes de pose plus simples, pour répondre aux exigences économiques du marché », indique Erwan Galard. La solution de Cupa pour les façades s’appelle Cupaclad et se décline en trois systèmes de pose (à l’horizontale avec des vis invisibles, à l’horizontale à l’aide de crochets acier, à la verticale au crochet ou au clou).

Le second axe de croissance concerne les EnR. Cupa vient de lancer sur le marché Thermoslate, un panneau solaire thermique en ardoise naturelle, pourvu d’un avis technique du CSTB. « L’ardoise est un matériau très conducteur: l’idée est d’utiliser cette chaleur pour proposer des solutions ECS conformes à la RT 2012, tout en contribuant à abaisser la chaleur des combles, résume Erwan Galard. Au plan esthétique, le panneau Thermoslate est invisible sur une toiture neuve ou entièrement rénovée. » Cupa estime que sa solution répond à 60% des besoins annuels en ECS. « Comparé aux solutions vitrées notre produit propose un rendement plus faible dû à une moindre montée en température (95°C maximum), reconnaît Bertrand Lanoë, le directeur commercial. Mais la contrepartie est une usure plus faible des composants et donc un entretien plus simple du panneau sur toute la durée de vie. »

Objectif, implanter l’ardoise sur de nouveaux territoires

Sur son coeur de métier, la couverture, Cupa Pizarras se fixe pour principal objectif de stabiliser ses volumes en ciblant ses actions sur les couvreurs et le négoce (tournées duo, accompagnement technique et commercial autour des nouveaux produits). La société a notamment des ambitions sur la rénovation. Avec la disparition annoncée des Ardoisières d'Angers, le segment des monuments historiques s’annonce particulièrement porteur: Cupa a mis au point cinq sélections pour répondre aux différents besoins sur le marché du patrimoine et convaincre les architectes des qualités de son matériau. Dernier levier de croissance envisagé: l’extension des zones de couverture pour les produits ardoise. « Nous réalisons actuellement 70% de notre chiffre d’affaires dans les régions du Grand Ouest, cet équilibre pourrait évoluer avec la mise en place d’un maillage commercial national », espère Bertrand Lanoë.

Source : www.lemoniteur.fr - Mars 2014

Compártelo:
meneame digg delicious technorati google bookmarks yahoo blinklist twitter Facebook
ir arriba

v02.14:0.06
GestionMax

Acceso Produce Luis Galan